Portrait de Ronan Labar

Home / Interclub / Portrait de Ronan Labar

Ronan Labar

Né le 3 mai 1989, à Châtenay-Malabry

Raquette : Babolat X-Feel Blast Metricflex

Classement : A1/T5/T5

 

Barbe de quelques jours, lunettes de soleil. Ronan Labar est une sacrée personnalité du badminton. Il est l’âme d’une équipe, celui qui pousse pour aller plus loin. « Quand j’étais jeune, j’avais envie d’exploser ! Le badminton, c’est ma priorité ! », lance-t-il. Pari gagné : aujourd’hui, il est l’un des meilleurs joueurs de double de France et d’Europe.

Tout a justement commencé avec des lunettes de soleil, sur une plage d’Espagne : « On était en vacances et on a tapé quelques volants avec mon père ». Il avait huit ans. En rentrant, les deux avaient attrapé le virus : son père, enseignant d’éducation physique et sportive, crée avec un ami le club de Vaison-la-Romaine (Vaucluse) : « Au début, on était une quinzaine, c’était pas vraiment un club. Mais aujourd’hui, il y a une centaine de licenciés, pas mal pour une petite ville ! ». Quand il était au collège, il allait s’y entraîner le mercredi soir. Mais il est vite repéré pour ses talents : à l’âge de douze ans, il fait partie de l’équipe élite régionale ; à quinze, il intègre le Pôle espoir de Voiron (Isère). Et il se démarque déjà pour le double : en 2007, il remporte la médaille de bronze avec Julien Vernis et l’argent, en mixte, avec Julie Garcia. Il se souvient parfaitement d’eux. À Voiron, il est avec Laurie Benredjem et Sylvain Grosjean.

Il prend alors conscience des limites du système : « Si tu n’entres pas à l’INSEP, tu peux rater ta carrière ». Mais ce n’est pas un problème et Ronan Labar n’a qu’une seule ambition : devenir professionnel. « Quand j’étais jeune, j’espérais simplement m’approcher des meilleurs, qui étaient déjà classés A quand j’étais C. », se rappelle-t-il. Alors, pour « exploser », il fallait trouver une astuce. Après un baccalauréat S, il part s’installer à Strasbourg et s’inscrit en licence de Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS). Mais, en même temps, il est surveillant au CREPS. Point gagnant : il ne paie alors pas de loyer et peut s’entraîner au club et au CREPS. Un an plus tard, il entre à l’INSEP. Ce parcours lui permet d’accéder aux meilleures compétitions du circuit : Europe, Russie, Chine, Inde, le badminton l’a emmené partout. Et d’avoir un beau palmarès : médaille de bronze en double aux championnats de France en 2009, 2010 et 2011, finaliste en 2012, vainqueur en 2014, titre remporté l’année précédente en mixte. Objectif 2015 : le doublé !

Rien n’arrêtera Ronan Labar. Tant qu’il trouvera un compromis entre le sport et son métier – il a été titularisé enseignant d’éducation physique et sportive en 2014 –, il fera les deux. Le double est une passion qui lui apporte beaucoup : « On vit quelque chose de fort à deux ; je ne m’entraîne que pour ça ». On le disait, rien ne pourra arrêter sa détermination, pas même quelques « péripéties » – on n’en dira pas plus – durant ses voyages, avant ou après les matchs. Il veut tous les gagner.

max maillots nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher woolrich outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online woolrich outlet online michael kors outlet michael kors outlet michael kors outlet michael kors outlet kate spade outlet kate spade outlet kate spade outlet coach outlet online coach outlet online coach outlet online coach outlet online air max pas cher chaussures de foot golden goose saldi outlet golden goose pas cher michael kors outlet 2018 kate spade outlet 2018 coach outlet 2018
Contactez-nous